dimanche 25 juin 2017

Vitamines

 
Jean-Michel Basquiat, Boy and Dog in a Johnnypump



"L’avantage non négligeable d’avoir beaucoup haï les hommes est d’en arriver à les supporter par épuisement de cette haine même."

Cioran, De l'inconvénient d'être né


"Accepter une croyance uniquement parce que c’est la coutume, - cela signifie au fond : être malhonnête, être lâche, être paresseux !- Ainsi la malhonnêteté, la lâcheté et la paresse constitueraient les bases de la moralité ?

Dans la glorification du « travail », dans les infatigables discours sur la « bénédiction du travail », je vois la même arrière-pensée que dans les louanges adressées aux actes impersonnels et utiles à tous : à savoir la peur de tout ce qui est individuel. Au fond, on sent aujourd’hui, à la vue du travail – on vise toujours sous ce nom le dur labeur du matin au soir -, qu’un tel travail constitue la meilleure des polices, qu’il tient chacun en bride et s’entend à entraver puissamment le développement de la raison, des désirs, du goût de l’indépendance. Car il consume une extraordinaire quantité de force nerveuse et la soustrait à la réflexion, à la méditation, à la rêverie, aux soucis, à l’amour et à la haine, il présente constamment à la vue un but mesquin et assure des satisfactions faciles et régulières. Ainsi une société où l’on travaille dur en permanence aura davantage de sécurité : et l’on adore aujourd’hui la sécurité comme la divinité suprême. – Et puis ! épouvante ! Le « travailleur » justement, est devenu dangereux ! Le monde fourmille d’« individus dangereux » ! Et derrière eux, le danger des dangers – l’individuum !

(Nietzsche, Aurore)



« Vouloir » quelque chose, « tendre » à quelque chose, avoir « un but », « un désir » en vue – je ne connais rien de tout cela par excellence. En cet instant même, je considère mon avenir – un vaste avenir – comme une mer étale : aucun vœu n’en vient rider la face de l’eau. Je ne veux pour rien au monde que les choses deviennent autres que ce qu’elles sont ; pour ma part, je ne veux pas devenir autre. Mais ainsi j’ai toujours vécu. Je n’ai jamais eu aucun désir."

(Ecce Homo)




Le meilleur auteur – Le meilleur auteur sera celui qui a honte d’être un homme de lettres.

(Humain, trop humain)


mardi 6 juin 2017

Antitweet 115



Symptôme - Lorsqu'une personne se vante de dire "ce qu'elle pense", comprendre qu'elle passe son temps à dire ce qu'elle ne prend jamais le temps de penser.

Etienne Milena ©

lundi 5 juin 2017

Petite parenthèse





Depuis quelques semaines, des vidéos tournent en boucle sur Internet. J'ai fini par être interloqué devant ces canulars que mes suppressions expédictives n'éliminaient jamais complètement. Comme si ces images étaient en train de ronger les nerfs de la Toile. Un jeune compatriote me signale qu'il s'agit du programme le plus regardé en France, animé par une espèce d'hindou coprophage, sorte de Mickaël Youn quarantenaire qui affuble une assemblée d'éboueurs du journalisme de blagues de son cru, aussi sales que ses acolytes, putains délaissées des autres programmes de télé-réalités et autres ordureries sans nom. Je constate que ce pauvre con ne sait pas construire une phrase sans éructer. La greffe d'un cerveau dans cette immonde boîte crânienne ne sauverait pourtant pas ce noir tableau. Il paraît que cela fait des années qu'un million de personnes se "retrouvent" dans ce farfadet purulent et en ont fait leur invincible gourou. 


Au même moment, j'apprends que l'Espagne se convertira en Sahara à la fin du siècle. Et que la vente des livres en France, a chuté cette année de 9%. Un livre ne sauve personne, mais ce genre de statistiques, donne des hauts-le-coeur. Il convient donc de s'orienter dans l'Espace de la gloutonnerie merdifiante et remercier (de façon pontifiante mais chaleureuse) les agents de l'effort commun, les lecteurs de tout bord, anonymes gardiens des travaux de l'âme.

vendredi 2 juin 2017

Composition


Willem de Kooning, Composition,  1955


"Chaque fois que l'on (que je) cède à ses vanités, chaque fois qu'on pense et vit pour "paraître", on trahit. À chaque fois, c'est toujours le grand malheur de vouloir paraître qui m'a diminué en face du vrai. Il n'est pas nécessaire de se livrer aux autres, mais seulement à ceux qu'on aime. Car alors ce n'est plus se livrer pour paraître mais seulement pour donner. Il y a beaucoup plus de force dans un homme qui ne paraît que lorsqu'il le faut. Aller jusqu'au bout, c'est savoir garder son secret. J'ai souffert d'être seul, mais pour avoir gardé mon secret, j'ai vaincu la souffrance d'être seul. Et aujourd'hui, je ne connais pas de plus grande gloire que de vivre seul et ignoré. Écrire, ma joie profonde ! Consentir au monde et au jouir - mais seulement dans le dénuement. Je ne serais pas digne d'aimer la nudité des plages si je ne savais demeurer nu devant moi-même. Pour la première fois, le sens du mot bonheur ne me paraît pas équivoque. Il est un peu le contraire de ce qu'on entend par l'ordinaire "je suis heureux".

Une certaine continuité dans le désespoir finit par engendrer la joie. Et les mêmes hommes, qui à San Francesco, vivent dans les fleurs rouges, ont dans leur cellule le crâne de mort qui nourrit leurs méditations, Florence à leur fenêtre et la mort sur la table. Pour moi, si je me sens à un tournant de ma vie, ce n'est pas à cause de ce que j'ai acquis, mais de ce que j'ai perdu. Je me sens des forces extrêmes et profondes. C'est grâce à elles que je dois vivre comme je l'entends. Si aujourd'hui me trouve loin de tout, c'est que je n'ai d'autre force que d'aimer et d'admirer. Vie au visage de larmes et de soleil, vie dans le sel et la pierre chaude, vie comme je l'aime et je l'entends, il me semble qu'à la caresser, toutes mes forces de désespoir et d'amour se conjugueront. Aujourd'hui n'est pas comme une halte entre oui et non. Mais il est oui et non. Non et révolte devant tout ce qui n'est pas les larmes et le soleil. Oui à ma vie dont je sens pour la première fois la promesse à venir. Une année brûlante et désordonnée qui se termine et l'Italie; l'incertain  de l'avenir, mais la liberté absolue à l'égard de mon passé et de moi-même. Là est ma pauvreté et ma richesse unique. C'est comme si je recommençais la patrie ; ni plus heureux ni plus malheureux. Mais avec la conscience de mes forces, le mépris de mes vanités, et cette fièvre, lucide, qui me presse en face de mon destin."


Albert Camus, Carnets I (15 septembre 1937)




"Tout ce à côté de quoi l'on passe ! Tout ce que l'on ne peut dire ! Que l'on n'a pas le temps de comprendre ! Pas les moyens de faire ! Les millions de vie que l'on pourrait vivre ! Voilà bien des lamentations fausses et inutiles. Je sais, pour ma part, que si je manque quelque chose ce sera de ma faute. Je puis tout découvrir, tout vivre, grâce au coeur, grâce à l'imagination, grâce à l'oeuvre. Pour qui est fort, courageux, inspiré, chaque heure est séculaire.
Je me sens une solide et sainte répugnance pour messieurs les "Trop tard".


Jean-René Huguenin, Journal (14 février 1956)

jeudi 1 juin 2017

Plaire


Moon-Woman, Jackson Pollock


Lorsque l'on entre dans ses différents réseaux sociaux, dont celui, plus animé et significatif, de l'extérieur de notre immeuble, de notre maison, nous ne sommes plus les seuls spectacteurs de nous-mêmes. Voilà pourquoi, un certain taux de seduction dicte le monde lorsque l'on s'extériorise un peu, même quand l'intérêt semble atténué par un certain sens du sacrifice. Même un moine shaolin cherche à se montrer séduisant devant Dieu, bien qu'il donne un nom différent au vide qui l'entoure. Les évangélistes des mégachurches tendent à ce Père absent leurs bras de bébés déchus, comme des aveugles en manque d'air, et les musulmans se font la toilette avant de se prosterner, dans une tradition sans doute héritée des maîtres-yogis, excellente pour les articulations.

Tout cela ne représente cependant pas une dilution totale de l'ego.

Il y a dans un coin de chaque être un Eyes Wide Shut. Un Orphée qui veut voir l'impossible. Cet angle mort qui est un angle de vie, puisqu'il préside à tous les actes, est à peine conceptualisable : il est pourtant l'unique objectivisation possible de soi-même. Il commande le ballet de l'existence, où son sordide jeu de dupes (suivant les perceptions de notre entendement si celui-ci est prédisposé aux joies ou au marasme). 

Plaire est le seul but recherché par la volonté quand les animaux sont domestiqués. Même les chats, si fourbes et solitaires, savent charmer plus que quiconque. Et l'animal le mieux domestiqué, l'homme, en a fait sa spécialité.

Le processus de séduction est frustré, quand l'angle mort devient une porte ouverte, l'unique voie choisie par l'existence sortie de l'ombre.

Je ne sais si tout cela plaira, puisque les robots sont dépourvus de cette impulsion vitale, eux qui sont majoritaires, lorsque l'on se met à parler de choses sérieuses.

Etienne Milena, le 1er juin 2017


mercredi 24 mai 2017

Sacrifice




"Mais la confusion de l'intelligence et de la bêtise, de la vulgarité et de la beauté est, justement dans ces époques-là, si grande, si inextricable, qu'il paraît évidemment plus simple à beaucoup de gens de croire à un mystère au nom duquel ils proclament la dégénérescence progressive et fatale de quelque chose qui échappe à tout jugement exact et se révèle d'une solennelle imprécision. Il est parfaitement indifférent, au fond, que ce quelque chose soit "la race", "le végétarisme" ou "l'âme"; la seule chose qui importe, comme dans tout pessimisme bien compris, c'est d'avoir trouvé l'élément inéluctable sur quoi se reposer. Walter lui-même, bien qu'en des années meilleures il eût encore su en rire, comprit bien vite, dès qu'il en eut fait l'essai, quels avantages considérables il retirerait de ces doctrines. C'est lui jusqu'alors qui se montrait incapable de travailler et se jugeait mauvais, c'était l'époque, maintenant, qui se révélait incapable, et lui qui se retrouvait sain. Sa vie, qui n'avait abouti à rien, trouvait soudain une explication grandiose, une justification à la mesure des siècles, ainsi que l'exigeait sa dignité ; bien plus ; lorsqu'il lâchait la plume ou le crayon, qu'il venait de prendre en main, c'était maintenant comme un sublime sacrifice."

Robert Musil, "L'homme sans qualités"

Antitweet 114





Improbité du pardon - Tout élan de vengeance est une marque d'impuissance. Mais, c'est porter les dernières estocades à l'idée de confiance, que d'accorder toujours son pardon.

Etienne Milena ©