samedi 26 novembre 2016

La langue fourchue



La langue a un rôle dans les fonctions du goût, de la déglutition, et de la parole. Intéressons-nous à cette dernière fonction afin d'éviter les excès de la deuxième.

Youtube est une chaîne qui a le mérite de les comporter toutes, jusqu'aux télévisions turkmènes les plus censurables. On peut y trouver également des émissions radiophoniques de choix. J'ai pourtant l'impression, sans doute tronquée par mon exil, que l'on parle désormais français comme les milliers de vaches espagnoles que l'on sacrifie quotidiennement à Guijuelo. Un tour d'horizon succint me servira à aiguiser mon propos. Voici ce que j'ai d'abord pu noter chez l'ex-interlocutrice de Feu Philippe Muray, transfuge du Marché de poissons de Rungis, Élizabeth Lévi: "je ne veux pas que nos auditeurs vous mal comprennent". Je ne sais pas si l'adverbe "mal" peut ici s'antéposer ou si le verbe malcomprendre existe. C'est trop léger pour que l'on s'en offusque. D'ailleurs, je ne m'offusque de rien. Passons.

Puis vient l'interview de Nadège Polony à Mélanchon. Je pensais justement que ces deux là se mal comprenaient. Mais pas du tout. Ça rigolouille. Ça franchouillise même. On ne se tire pas dans les pattes. Loin de là. Mélanchon nous la joue même plutôt technocrate. Quoiqu'il laisse entrevoir un amour des livres "Ben, il faut aller chercher un peu dans les bouquins" puis de la vie citadine "J'aime les ville, j'ai droit j'veux dire", pour conclure par son manque d'originalité intrinsèque mais assumé : "Des gens comme moi y'en avait plein". J'ai alors cru qu'un zapping immédiat s'imposait. Je cliquai donc sur une autre émission de Madame Polony, qui recevait Pierre de Villiers, superchouan converti dans le chouinement cathodique. On remarque chez Florent de Villiers, une manie du "quoi", que les gens de ma génération ont tendance à utiliser à outrance. On lui pardonnera. Puis le même politique avoue à sa Poloniaise préférée que ses confrères "ils ont préféré la sphère du mondialisme que l'intérêt supérieur de la France et des français." Ils ont donc préféré le libéralisme que la tradition.

Je note dans les reportages deux anglicismes fréquents. L'un, acceptable et rigolo. L'autre incorrect. Prenons la phrase : "Elle était très excitée par ce nouveau challenge". En anglais "excited" renvoie à l'exaltation, la jubilation, l'équivalent du phrasal verb "to look forward" (avoir hâte de) alors qu'en français l'aspect hormonal de la sensation n'est pas négligeable et donne une tournure quelque peu pornographique au propos. Truffaut utilise par exemple l'adjectif dans une scène merveilleuse de l'Amour Conjugal où Léaud fait semblant de lire un article totalement inventé à sa femme où il est question d'une "call-girl excitée".

Les anglicismes en français sont presque toujours incorrects, contrairement à leur usage dans le français québécois ("game" "weird" "to check" etc.) Un verbe anglais comme "to support" trouve un équivalent abusif avec "supporter". Pour soutenir l'OM qui est si nul, on peut à la rigueur supporter cette équipe. Mais soutenir nous permet de ne pas trahir le sens original et soutient mieux la comparaison.

Nul doute que nous ne dirons bientôt plus "je me suis senti à l'aise" mais, "je me suis senti confortable".


Le débat de la primaire a également offert son lot d'irrégularités lexicales et grammaticales. Fillon: "Moi c'que j'veux"... et une tournure anglo-américaine juvéniste "C'est juste pas acceptable (ici un "quoi" devillien aurait fait un bel effet), "Ce deuxième tour, c'est pas un combat". Juppé: "Faut y aller à fond!" "Droit dans mes bottes je suis, droit dans mes bottes je resterai!" "Avec vous c'est la super pêche!". Du côté de Juppé, le message visait l'adhésion des jeunes. Chez Fillon, le Malparlé ciblait davantage les campagnards syndiqués amateurs de Beaujolais.

Les spin-doctors ont retenu les leçons d'Outre-Atlantique, où un gueulard rougeot a su séduire la plouquerie collective en sachant fourcher sa langue par écrans interposés. En un mot, inutile de jouer aux bécasses subjuguées par une telle élection, quand celle qui se prépare en terre française laisse (déjà) un goût d'inachevé.

mercredi 23 novembre 2016

Réponse aux complotistes





C'est donc Fillon qui sera notre prochain président. Que ce possessif "notre" est vilain! Je l'utilise faute de mieux... Car le "nous" est le tour de passe-passe de la lâcheté des peuples! Le "nous" est l'extrapolation des "je" atrophiés dans leur misère et leur doux grégarisme... Enfin, il faut se lancer tout de même. Donc, nous disions Fillon contre Le Pen.

Un autre ami de Poutine entre donc en course. Austère mais libéral jusqu'à la moelle. Ses réformes expéditives pousseront des millions de français dans la rue. Un véritable tollé. En comparaison le CPE était de la gnognotte. Une bagatelle.

La finance mène donc la danse.

Néanmoins, je n'ai pas d'avis tranché sur la politique à mener. J'envie foncièrement les pourvoyeurs de solutions. Si je pouvais visualiser le Mal dans une quelconque contrée exotique, aux mains de crochus satanistes, encore... Mais que neni! Cela me dépasse. Je ne suis pas complotiste pour un sou. No doy palo al agua y mi actividad es aún menor si me piden una opinión política. Solo creo que la Humanidad no mejora con la Historia, porque no tengo duda de que nuestra especie no ha salido de ella. La Humanidad saldrá de la Historia cuando el mundo se derrumbe totalmente. Cuando los continentes estén borrados del mapa. Entonces alguna rata mutante procreará y se creerá otra civilización. Eso creo yo.


So far, I don't have any type of conviction. Frigo, libido, dodo. If I tried to find out a motto to define my own existence, that would be the one I'd choose faute de mieux. I don't consider myself molto intelligente ma abbastanza per no cadere in la certezza de la convizione vana. Und ich bin zu schreibfaul to show off and to impose il mio punktu widzenia sur ce עולם

Chukran

Etienne Milena

samedi 19 novembre 2016

Revue d'effectifs




            
          Ce mois de novembre est pour l'instant très politique. Il me faut d'abord parler d'élections importantes aux dépens d'autres qui sont, sur le plan géopolitique, secondaires et concernent davantage les "plébéiens du monde entier" (Schopenhauer définissait ainsi ces innommables affairés qui ne mériteraient qu'un silence teinté de mépris). En un mot, mon attention de néophyte s'est posée sur la double élection moldavo-bulgare qui nous a permis de voir deux présidents pro-russes mis sur l'échiquier européen, et non sur le sort farcesque que les amerloques ont décidé de se reserver en élisant un représentant du spectacle plutôt qu'une représentante de la finance philantropique atteinte de démocratite aigue (maladie commune qui consiste à vouloir libérer un pays pétrolifère ou gazier en le bombardant, pour faire éprouver aux votants qu'ils ont affaire à un politique couillu et avisé, fût-il une femme, et offrir par la même occasion une garantie aux vendeurs d'armes et autres lobbies otanesques concernés par de telles manoeuvres). Il n'en demeure pas moins que le Trumpet Show ne laisse rien présager de bon, particulièrement en matière de bouleversement climatique. Sur ce point là, il y a de quoi alimenter la panique générale. Donc prenons note et paniquons nous aussi.

Sur le plan de l'idéologie de notre ogre blondin, dont l'élection fut envisagée il y a quinze ans dans un épisode des Simpson, on nous parle de son conseiller Bannon, responsable du site alt Right (Droite extrémiste), Breitbart, équivalent américain, la puissance en plus, du site français Francaisdsouche. En entrant sur ce dernier, pour me faire une première idée avant d'aller sur l'américain, j'ai été aussitôt matraqué par la page de garde du nouveau livre de Philippe de Villiers, la gueule de ce politique édifiant clignotant sur mon écran comme une reminiscence scabreuse d'Halloween. J'ai alors pensé au reportage que j'avais jadis lu sur les affaires de pédophilie au sein des familles catholiques. En tout cas le livre de Villiers s'appelle "Quand les cloches sonneront de nouveau", mais moi, je n'avais pas sonné les siennes. Enfin débarassé de cette sale bobine grimaçante, je suis allé voir par mes propres yeux le site de Bannon (le conseiller trumpiste), nommé Breitbart. Outre une vente de chandails prônant la fierté d'être yankee et d'élever des murs, les armes à la main, j'ai pu enfin me faire une idée de ce média. Le Monde ne disait pas tout sur ce Bannon. En effet, le Journal avait fait de ce nouveau conseiller à la Maison-Re-Blanche un antisémite notoire, et un suprématiste. Ce qu'il est. Mais Bannon se définit avant tout comme un léniniste voulant détruire l'état de l'intérieur. Il faut savoir que Breitbart a dès son origine trouvé une succursale de choix en Israël, ce que notre éminent journal français, s'est bien gardé d'exposer. Cela ne cadrait sans doute pas avec ses propres prérogatives philantropo-démocratiques et son récit de fond.

          Sur TV5 Monde, j'ai pu également voir quelques minutes du débat de la primaire de Droite, important, dans la mesure où le prochain président français se trouve dans ce tas-là. La dernière fois, les statistiques avaient montré que le mot le plus fréquent chez Juppé était "argent". Tout cela est fort comparable aux visées du faux aristocrate Montebourg. 

      Au bout d'un quart d'heure de questions-réponses, Sarkozy s'est indigné de la question légitime de Pujadas, quant à sa réception d'éventuelles enveloppes, lors de sa dernière campagne. "Vous n'avez pas honte", a assené Sarko, comme s'il s'adressait à un gosse pris en flagrant délit de vol de Chupa-Chup's chez un buraliste nonagénaire. Petits bruits de bouches indignés des autres candidats devant la provocation pujadasienne. Puis les mêmes bouches soporifères se sont exprimées comme dans une réunion UMP des plus classiques, "Alain a raison", "Je suis d'accord avec Nathalie". Si je me fie à la langue des candidats, d'ailleurs, c'est Nathalie qui méritait le pompon : "On peut pas continuer" "c'est pas la solution" "il est pas exclu que". Je ne sais pas qui a parlé de "challenge". Une faute qui est très fréquente chez les élites, ces liseurs de Renaud Camus craintifs d'un "grand remplacement", c'est l'usage impropre du verbe "avérer". "Ca s'est avéré faux". Ah ah ah! Avérer c'est se révéler être vrai. Donc c'est un verbe qui se suffit à lui-même.

        Ce débat d'idées se suffit également à lui-même.

      La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec moins d'éclats... Il serait de bon ton de faire relire les classiques aux membres de l'Ump-Les Républicains. Particulièrement la Princesse de Clèves. La langue française mériterait les efforts d'un futur président que l'on peut souhaiter détrumpisé ou à tout le moins, conscient de ce qu'il est supposé représenter.

Antitweet 90


Des personnalités trop différentes cohabiteront toujours avec peine dans un même immeuble et sans aucun problème dans un même individu.

Etienne Milena ©

lundi 7 novembre 2016

Antitweet 89


À la décharge de ses éleveurs, la haine est une chienne possessive et fidèle, toujours prête à rendre la pareille.

Etienne Milena ©

jeudi 3 novembre 2016

Les rencontres des jours



Ngugi Wa Thiong'o


Il est très difficile de dire ce qui fait la qualité d'un livre. Pour ma part, j'y associe une sensation de force magnétique qui exprime une nécessité intérieure. Parfois, la maîtrise totale sert de rempart à cette force toujours contenue. Le livre est alors un pur produit de rhétorique, de silhouettes stagnantes. La semaine dernière, j'ai ouvert un ouvrage de Renaud Camus dont le titre comportait le mot "larmes": l'auteur a beau maîtriser sa langue, l'onde de choc ne se produit jamais. Cela sent la commande, jusque dans les épigraphes, qui auraient pu être placés dans un tout autre ordre, sans que la cohérence (ou l'incohérence snobinarde) du propos n'en fût affectée. J'ai alors éprouvé la sensation de me trouver devant les châssis détruits d'Angela de la Cruz, cet art conceptuel froid et vide de sens où seuls les petits fours du vernissage le précédant ont encore un peu de consistance à offrir.

Depuis une semaine, je me plonge dans l'oeuvre de Ngugi Wa Thiong'o. Happé. C. ma conjointe, me demande parfois de le lire à haute voix, émerveillée par cet enchevêtrement de contes tristes ou d'une ironie mordante. C'est la force de la nécessité qui dicte cette prose, celle d'un auteur proscrit, exilé et condamné dans son Kenya natal, qui a emprunté la langue des colons (anglais) pour la décoloniser, la kikuyiser (sa langue est le kĩkũyũ , parlée par cinq millions de personnes et dont use Wa Thiong'o dans quelques livres). 

Une oeuvre d'imagination peut donner lieu à de vulgaires scenarii de films. Un mauvais livre est avant tout transférable à l'écran. Mais quand elle est si maîtrisée, si nécessaire, l'oeuvre d'imagination nous fait entrer dans une réalité plus profonde, hors du temps et de la contingence. C'est le cas de Wizzard of the Crow, chef-d'oeuvre de 700 pages pas encore traduites au français qui traite du Royaume fictif de Aburiria, de son monarque mégalomane et de sa population ensorcellée.

Je pense à Wa Thiong'o, puis j'ouvre un volume du Journal de Roy, comme à mon habitude ces dernières semaines. Voici ce que je lis:

"Les racines de la poésie
Le Haut-Bout, juillet 1993

La poésie, pour beaucoup, est un luxe gratuit, un ornement inutile du langage. Ce n'est pas l'avis des savants qui se sont mis à l'écoute des enfants en attente de naître. Boris Cyrulnik, par exemple, utilise l'échographie, le magnétophone et le contrôle par vidéo pour observer avant la naissance les relations de l'enfant avec le langage, et notamment avec le langage "réglé" de ce qui est une sorte d'"anté-poésie". "Le bébé accélère son coeur lorsque sa mère chante une comptine, constate Cyrulnik. Quand la mère parle, le bébé cligne des paupières, change de posture et se met à sucer son pouce ou son cordon ombilical (...) Il répond à l''intonation de la voix, à l'accent tonique, à la prosodie, au contour musical de la phrase." Les analyses ultra-utérines de B. Cyrulnik sont prolongées après la naissance par celles de Jean Molino. Molino montre comment les vocalisations spontanées du petit enfant, chantées et rythmées, sont l'ébauche des figures poétiques - assonances, rimes, allitérations, schémas répétitifs. "Ces variations, écrit Jean Molino, constituent une part importante de la poésie sous ses formes les plus frustes."

Que la poésie ne se limite pas à ces jeux verbaux, à ces acrobaties de langage, Jean Molino le rappelle en soulignant la constante, dans les civilisations les plus diverses, d'un sentiment propre à certaines formes de la poésie, d'un ravissement émotif irréductible - enthousiasme platonicien, aware des japonais, yelema des Kaluli de Nouvelle Guinee, amarg des Chlenho. Au passage, Molino exécute avec une ironie salubre les Trissotins de l'intertextualité, qui nient que la poésie ait le moindre rapport avec la vie, les êtres, les choses. Un pion nommé Raffaterre pourfend ainsi ce qu'il appelle "l'illusion référentielle". "La référentialité effective, écrit notre charabieur, n'est jamais pertinente à la signifiante poétique (...) Le texte est autosuffisant. S'il y a référence externe ce n'est pas au réel, loin de là. Il n'y a de référence externe qu'à d'autres textes."
Pour ces pitres du commentaire vain, croire que les écrivains se nourrissent de la vie, de l'Histoire du réel, est simplement une "illusion référentielle". "Le point d'aboutissement de la critique, écrit Jean Molino, est alors le refus définitif de l'existence." Mais déjà, dans le ventre de sa mère, le futur petit d'homme qui prend plaisir au rythme et à la musique des mots sait que ce n'est pas vrai. Si on lui disait que la voix de sa mère n'est qu'une "illusion référentielle", il ne le croirait pas. Et il aurait raison."

(Claude Roy, Les rencontres de jours, 1992-1993, p. 298)

mardi 1 novembre 2016

Avec Truffaut






"J'ai horreur des dragueurs, je trouve ça lamentable!"

Charles Donner (Bertrand Morane) dans L'homme qui aimait les femmes (1977)